Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Hellbanger Radio Show

Émission radiophonique sur Radio Béton (93.6) en Indre-et-Loire (37), le dimanche soir de 21h à 23h et également sur internet : https://www.radiobeton.com/www/ consacrée au metal sous ses différentes formes. Nous essayons de proposer une sélection d'artistes internationaux et français, groupes établis ou formations plus récentes, venus des quatre coins du monde. L'émission est préparée et présentée par D., S. et T.

Focus et Spotlights de septembre et octobre 2021

Publié le 2 Novembre 2021 par Hellbanger

Focus et Spotlights de septembre et octobre 2021

Vous pouvez retrouver réuni ci-dessous les séquences focus réalisées en septembre et octobre ainsi que les spotlights rédigés sur Facebook, durant la même période.

Pour rappel, les focus sont ces chroniques audio dédiées aux dernières sorties de quelques groupes de la playlist de Hellbanger, tandis que les spotlights sont de petites chroniques, publiées à la base sur Facebook, également consacrées à des groupes que l’on diffuse durant nos émissions.

Généralement les groupes bénéficiant d’un focus ont aussi droit à un spotlight, étant donné que ce sont des sorties que nous avons particulièrement appréciées.

Pour ces 2 mois, pas moins de 16 groupes ont été mis en avant, en l'occurrence : Agrypnie, Aorlhac, Atrae Bilis, Carcass, Cerebral Effusion, Craven Idol, Hooded Menace, Knocked Loose, Laang, Mannveira, Portrait, Skepticism, Spasm, Tentation, Venefixion, Wanderer

Le spotlight Agrypnie (progressive/post-black d'Allemagne)

Premier Spotlight de cette nouvelle saison Hellbanger et on s’intéresse pour l’occasion à la sortie du sixième album de l’excellent groupe de Post-Black Allemand Agrypnie.

Intitulé Metamorphosis, cet album est, de nouveau, une petite pièce d’orfèvre qui fait suite au très bon Grenzgænger sorti en 2018. Ce nouvel effort est également accompagné d’un changement de label car Agrypnie rejoint le roster de AOP Records.

Que dire si ce n’est qu’Agrypnie continue après six albums dans une régularité qualitative remarquable. Metamorphosis est de nouveau un chef d’œuvre de composition et de richesse à la fois puissant et saisissant, viscéral et introspectif. Le mixage est moderne et lourd sans en faire des caisses, un travaille de production qui sublime parfaitement l’effet monolithe qu’on attend de ce genre de disque.
 
Certes l’album ne sort pas vraiment du lot dans la discographie du groupe et on pourra leur reprocher d’encore une fois pondre une galette qui dépasse l’heure et qui peut lasser un peu l’auditeur sur la fin.
Mais, mis de côté ses petits points négatifs, le résultat est tout simplement grandiose, terriblement captivant et nécessite d’être écouté avec un bon système son et dans sa globalité pour en saisir toute la profondeur.
 
Album : Metamorphosis
Label : AOP Records
Sortie : 6 Aout 2021

Le spotlight Aorlhac (black metal de France)

Pierres Brûlées, c’est le nom de ce quatrième album des auvergnats de l’excellent groupe de Black Metal Aorlhac. Une sortie signée, comme l’album précédent, sur le label français Les Acteurs de L’Ombre.
 
Le groupe avait déjà frappé fort en 2018, avec le très bon L’esprit du vents, un album, certes, d’une qualité remarquable mais qui se voit largement surpassé par ce nouvel effort studio. Avec son Black Metal épique, riche et entraînant, Aorlhac nous propose de nouveau un voyage à travers les forces telluriques et l’histoire de ses contrées.
 
L’album est, à l’instar de ses prédécesseurs, un cri d’amour pour l’Auvergne et un appel au réveil de cette région, comme le symbolise cette pochette d’album où le soleil levant accompagne l’éveil d’un volcan.
Musicalement, nous sommes face à une œuvre faite et écrite avec les tripes, portée par une guitare au son froid et incisif et un chant tantôt colérique et martiale, et tantôt grandiose et nostalgique.
 
C’est un travail de grande qualité proposé par un groupe qui définitivement se place parmi les groupes notables de la scène hexagonale.
 
Album : Pierres brûlées
Sortie : 24 septembre 2021

Le spotlight Cerebral Effusion (brutal death metal d'Espagne)

Second spotlight de la semaine et on s’attaque à une formation dirons nous plutôt massive. Cerebral Effusion la formation de Slam Brutal Death venue d’Espagne et plus particulièrement du Pays Basque, nous propose leur 5ème album, Ominous Flesh Discipline, une sortie de nouveau signée chez New Standard Elite.
Après 2 premiers albums, qui resteront assez anecdotiques, Cerebral Effusion avait frappé bien fort avec son 3ème album, Impulsive Psychopathic Acts suivi du monstrueux Idolatry of the Unethical en 2014. Il aura donc fallu attendre 7 ans pour recevoir ce nouvel album, et l’attente fut largement récompensée.
 
Ominous Flesh Discipline est un concentré de 33 minutes de gras et de brutalité. C’est poisseux, gras, sale et GRAS! On y laisse quelques neurones, et on le fait avec plaisir.
 
La batterie semble, comme le style l’exige, sponsorisée par une fameuse marque de casseroles en téflon, quant au chant, il se situe entre le troll et le sanibroyeur.
 
Assez old school dans leur approche et loin de la démonstration technique, l’ensemble n’est pas sans rappeler la scène états-unienne avec cette approche sans concessions et sans fioritures, mais efficace, directe, brute et sans artifices.
 
Un travail remarquable des espagnols de Cerebral effusion, que toute la rédaction de l’émission tenait à saluer.
 
Album : Ominous Flesh Discipline
Sortie : 10 aout 2021

Le spotlight Craven Idol (black/thrash metal d'Angleterre)

Dignes héritiers de Destroyer 666, les londoniens de Craven Idol nous offrent l’une des plus remarquables sorties de ce début de saison.
 
Surpassant ses prédécesseurs, ce troisième album fait suite aux déjà très bons The Shackles of Mammon et Towards Eschaton. Il est signé chez Dark Descent Records et s’intitule Forked Tongues.
 
La qualité du contenu est annoncée avec une pochette d’une qualité peu égalée et réalisée par le talentueux Eliran Kantor.
 
Musicalement, le résultat ressemble à un parpaing de plus de 40 minutes qu’on prend dans les dents et avec le sourire. Avec des morceaux qui dépassent, pour certains, les 9 minutes et, malgré une intensité musicale abrutissante, l’album s’écoute pourtant sans voir le temps passer tant la richesse et la qualité des compositions sont notables.
 
Un travail sublimé par une production massive d’une qualité époustouflante, puissante et lourde. On notera tout particulièrement un son de basse qui vous claque la tête et qui offre une dimension punk et terriblement frontal au son.
 
Craven Idol nous offre ici la pièce maîtresse de sa discographie et s’inscrit comme l’un des groupes de la décennie à suivre de très près.
 
Album : Forked Tongues
Sortie : 23 juillet 2021

Le spotlight Mannveira (black metal d'Islande)

Pour ce premier spotlight de la semaine, on vous propose un petit rattrapage d’une sortie de cet été. Les islandais de Mannveira ont sorti leur tout premier album, intitulé Vítahringur. Un effort studio accompagné d’une signature chez Dark Descent Records.
 
Faisant suite à un EP sortie en 2014, ce nouvel album propose une version plus solide et plus approfondie de ce que le groupe avait proposé 7 ans plus tôt.
 
Mannveira nous offre donc une musique oppressante, sifflante, rampante et malaisante. Certes, assez classique lorsque l’on connaît un peu la scène Black Metal islandaise mais bien foutu et distillant des ambiances d’une noirceur écrasante. Avec des compositions plutôt riches et dissonantes, on ne pourra s’empêcher de sentir planer le spectre de Deathspell Omega dans l’air.
 
L’enregistrement est plutôt plaisant, on notera une production assez équilibrée qui ne tombe pas dans le raw mais propose un rendu sourd avec une batterie présente et percutante, parfois un peu trop même.
Globalement c’est un premier album réussi, qui est parfaitement déplaisant à écouter, mais cependant un peu court, on en aurait bien pris un morceau ou deux de plus.
 
Album : Vítahringur
Sortie : 2 juillet 2021

Le spotlight Skepticism (funeral doom de Finlande)

Pionniers du Funeral Doom, les finlandais de Skepticism ont jusqu’ici proposé une discographie sans fautes et ce sixième album, intitulé Companion, ne fait pas exception à la règle. Ce nouvel effort est de nouveau signé chez Svart Records.
 
Après 30 belles années de carrière, le groupe nous propose l’une de ses plus belles productions, et peut-être même la pièce maîtresse de leur œuvre. Ce nouvel album est plus plombant et plus déchirant que jamais. Le clavier présent comme toujours semble être, dans ce disque plus que précédemment, la clé de voûte de l’album tant les orchestrations qu’il apporte semblent porter les morceaux.
 
Companion est une pépite dans le style, proposé par l’un des groupes les plus mythiques de la scène. L’album traîne et entraîne en étant à la fois grandiose et dramatique.
 
Un travail magnifique qui nous plonge dans un état second, à mi-chemin entre le deuil et l’apaisement. C’est un voyage personnel et introspectif à découvrir seul, dans le noir, allongé confortablement dans votre lit.
 
Album : Companion
Sortie : 24 septembre 2021
Pour se le procurer : https://skepticism.bandcamp.com/

Le spotlight Tentation (heavy metal de France)

C’est une bien belle surprise proposée par les occitans de Tentation avec leur tout premier album, Le berceau des dieux. Une sortie signée chez Gates of Hell, un label qui décidément n’en finit pas de dénicher les petites pépites du Heavy Français.
 
L’album est accompagné d’une pochettes soignée et réussie collant parfaitement au style du groupe avec une approche à la fois blasphématoire et provocatrice mais sans en faire de trop.
 
La première chose à dire sur cet album c’est avant tout de saluer une progression générale remarquable. Après un EP sortie en 2015 qui manquait cruellement de solidité, Tentation propose ici un travail maîtrisé, abouti et soigné. Le résultat est entraînant et respecte tous les codes du style, des solos à rallonge aux refrains entêtants sans tourner en rond et sans faire dans le déjà entendu, mais en étant tout juste un peu kitsch comme il faut.
 
Si l’ensemble de l’œuvre est extrêmement réussi, on constate tout de même que le chant manque encore un petit peu de solidité et pourrait encore gagner en puissance et en tenue pour réellement parfaire le travail du groupe.
 
Malgré ce tout petit point améliorable, Le berceau des dieux est un album très plaisant a écouter et qui s’inscrit glorieusement dans le paysage des sorties Heavy Français de grande qualité.
 
Album : Le berceau des dieux
Sortie : 24 septembre 2021

 

Les autres spotlights de cette période : 

 

Atrae Bilis (technical/progressive death metal du Canada)

Formé en 2018 du côté de Vancouver, ATRÆ BILIS fait partie de ces groupes qui parviennent rapidement à en imposer parmi la scène extrême underground. Après un prometteur premier EP paru l’an passé, le quatuor enchaîne dès cet automne avec un album complet paru sur l’excellent label 20 Buck Spin.
 
« Apexapien » c’est 8 titres pour 31 minutes d’un death metal assez technique et riche en terme d’influences. Le groupe peut aussi bien évoquer le côté rampant d’un Morbid Angel (comme sur l’excellent « Hymn of the Flies ») que du brutal death bien déglingué et sans fioritures. S’y ajoute un aspect blackened dissonant se traduisant par des riffs vicieux et des ambiances pesantes.
 
Presque cacophonique mais tout en maîtrise, « Apexapien » nous en met plein la gueule en variant les tempos ainsi que les intonations vocales (du growl, des lignes plus criardes et du gruik). L’album passe très vite sans nous donner le sentiment que ça tourne en rond, la production (puissante en évitant d’être artificielle) permettant de profiter pleinement de la qualité de songwriting et d’interprétation des gars.
 
Album : Apexapien
Label : 20 Buck Spin
Sortie : 8 octobre 2021

 

Carcass (legend death metal d'Angleterre)

8 ans après « Surgical Steel », Carcass est enfin de retour avec un nouvel album longue durée. Le légendaire groupe anglais n’a certes plus rien à (nous) prouver, mais toute sortie de la bande à Walker reste un évènement très attendu.
 
Auréolé d’une pochette pour le moins atypique dans le monde du death metal, « Torn Arteries » est du Carcass moderne pur jus, soit un death metal plutôt mélodique et heavy dans ses parties de guitare (Bill Steer nous régale par exemple sur l’excellent « The Devil Rides Out »), offrant cependant son lot de passages dévastateurs (« Kelly’s Meat Emporium » par exemple). Ces derniers évoquent davantage la première moitié des 90’s, quand Carcass commençait à basculer vers le melodeath.
 
« Torn Arteries » est par ailleurs un disque à la production excellente, ce qui nous permet de profiter pleinement de la qualité du songwriting et de l’interprétation ; Jeff Walker n’a rien perdu de sa superbe aux vocaux et, de manière plus globale, on sent que le groupe cherche à varier les plaisirs (à l’image du déroutant « Eleanor Rigor Mortis »), tout en maintenant une véritable cohérence musicale.
 
Que ce soit des rythmiques lourdes et menaçantes, des riffs plus légers limite rock’n’roll, des soli franchement typés heavy metal ou des accélérations fulgurantes à la limite du grind, Carcass parvient au final sur « Torn Arteries » a faire une espèce de synthèse de sa carrière (le vraiment gras et crade en moins), et c’est franchement remarquable tant le résultat s’écoute sans aucun déplaisir.
 
Album : Torn Arteries
Sortie : 17 septembre 2021
 
 

Hooded Menace (doom/death metal de Finlande)

Depuis 2008 Hooded Menace s’est imposé comme l’un des groupes européens majeurs de doom/death metal. Son sixième album studio récemment paru chez Season of Mist en est une nouvelle preuve éclatante.
 
« The Tritonus Bell » renferme plus de 40 minutes d’une musique souvent massive et imposante, mais pour autant loin d’être monolithique ou répétitive. On y entend notamment des influences issues du melodeath du début des 90’s, en particulier sur les riffs et des leads se voulant assez mélodieux (et mémorables). Certains solis renvoient quant à eux carrément aux 80’s. Ce n’est donc pas totalement surprenant de retrouver une cover d'un vieux titre de WASP en bonus à la fin du disque...
 
Le tout reste bien entendu surplombé par des lignes vocales puissantes et crasseuses qui semblent toujours tout droit sorties du fin fond d’une caverne. Les compos demeurent assez longues, pour autant Hooded Menace ne se contente pas d’un riff/titre, varie intelligemment les tempos (difficile de rester immobile en écoutant un « Corpus Asunder ») et sait doser passages atmosphériques et séquences plus frontales.
 
Si dans l’ensemble « The Tritonus Bell » est un album de doom/death plutôt classique, il s’écoute d’une traite sans déplaisir, grâce entre autres à tous ces petits éléments qui viennent enrichir une musique pouvant paraître assez linéaire au premier abord.
 
Album : The Tritonus Bell
Sortie : 27 août 2021

 

Knocked Loose (hardcore/metal des USA)

Laissons la cordialité et la douceur de coté pendant quelques minutes car les Etats-Uniens de Knocked Loose n’ont pas l’habitude de faire dans la demi mesure, et ce nouvel EP, intitulé A Tear in the Fabric of Life, ne déroge pas à la règle.
 
C’est un effort d’un peu plus de 20 minutes qui nous est projeté dans les dents sans aucune somation, sous la forme d’une fusion toujours aussi équilibrée entre Chaotique et Beatdown Hardcore d’un côté et de l’autre de grosses influences venant de la scène Metal. En résumé, on peut ici parler de « Metalcore » dans son sens le plus strict, bien que l’étiquette puisse être complètement trompeuse.
 
Knocked Loose va encore plus loin dans cette nouvelle sortie avec une musique qui se fait plus sombre, plus colérique et plus haineuse que jamais et surtout l’EP dégage une ambiance beaucoup plus oppressante, lourde et sifflante que précédemment. Le tout est accompagné d’un court métrage fort réussi qui permet d’approfondir l’immersion.
 
C’est encore une fois et sans grande surprise un travail d’une qualité remarquable de la part des Kentuckiens et qui prendra sans aucun doute une dimension cataclysmique en live.
 
Album : A Tear in the Fabric of Life
Sortie : 12/10/2021
 
 

Laang (post-black metal de Taiwan)

心疼(Xinteng), c’est le nom de ce second album proposé par les taïwanais du groupe 冷 (Laang 冷). Sorti le 30 septembre , il fait suite à 海洋(Hǎiyáng) album datant 2018 qui lui même faisait suite à un EP sorti la même année.
 
冷(Laang) propose sur ce nouvel effort studio un Black Metal atmosphérique et plutôt atypique, conservant la recette d’un premier album qui était déjà bien solide mais rendant le tout peut-être un peu moins indigeste, ce qui permet une immersion plus poussée tout en sublimant des atmosphères mélodiques et puissantes.
 
Porté par une production lourde et globalement de bonne facture, on se laisse transporter facilement dans ses ambiances accompagnées de quelques orchestrations appréciables qui ajoutent un peu plus de richesse dans les compositions.
 
Loin d’être mauvais, le chant tire vers un style venant du Hardcore / Post-Hardcore, une approche que l’on peut retrouver dans des groupes comme Harakiri For The Sky et qui pourra un peu dérouter les amateurs de Black Metal. Cependant, une fois apprivoisé, il apparaît comme cohérent et apporte une réelle plus-value dans les morceaux.
 
Album : 心疼(Xinteng)
Label : Indépendant
Sortie : 30 septembre 2021
 
 

Portrait (heavy metal de Suède)

A raison d’un album publié en moyenne tous les 3/4 ans, le groupe de heavy metal suédois Portrait commence à se bâtir une belle discographie. Sa dernière production en date, « At One With None », est en effet le 5ème album longue durée d’une formation active depuis 15 ans.
 
Portrait est apparu à peu près au même moment qu’une myriade d’autres formations souvent regroupées sous la formule « revival heavy metal ». Mais contrairement à beaucoup de ces formations, le quintet suédois continue encore avec brio à nous proposer un heavy résolument oldschool et inspiré.
 
Les compositions de « At One With None » se veulent élaborées, riches dans les intentions et les influences ; sans parler de heavy prog’, elles montrent que le groupe ne cherche pas à jouer la carte de la simplicité ou facilité. On continue de percevoir l’inspiration du géant danois King Diamond (notamment au niveau des parties vocales), cependant Portrait a une identité musicale bien marquée, offrant tantôt un heavy plutôt mélancolique (« Phantom Fathomer »), plus musclé avec des intonations thrash (« A Murder of Crows ») ou alors aux intentions clairement occultes et épiques (comme le morceau-titre ou « Ashen » et ses 9 minutes).
 
C’est donc un nouvel album assurément plaisant à écouter que nous sert Portrait, fourmillant de passages mémorables et doté en prime d’une production complètement appropriée. Bref une œuvre chaudement recommandée à qui aime le heavy à l’ancienne solidement interprété.
 
Album : At One With None
Sortie : 3 septembre 2021
 
 

Spasm (pornogrind de République Tchèque)

6 ans déjà depuis la sortie de Pussy(De)Luxe et l’excellent groupe de Goregrind SPASM nous présente leur toute nouvelle création, Mystery of Obsession, un sixième album signé, comme les précédents, sur le label Allemand Rotten Roll Rex.
 
Les tchèques nous gratifient de nouveau d’un album de très bonne facture à l’instar de leurs productions passées. Le travail se trouve dans la droite lignée de l’album de 2015, ça groove toujours autant et c’est loin de faire dans la subtilité.
 
Les influences de leurs compatriotes de Gutalax sont certes présentes, mais nous sommes bien loin du copié collé, et là où Gutalax a tendance à un peu tourner en rond et répéter la même blague ad nauseam, Spasm semble trouver un point d’équilibre, entre le groove et le fun d’un côté et une diversité suffisante dans les morceaux proposés de l’autre.
 
Ainsi, cet album, qui fait un peu plus de 25 minutes, est porté par des morceaux qui, sans s’éloigner du goregrind, sont suffisamment diversifiés et inspirés pour ne pas lasser l’auditeur mais aussi par une production massive et puissante qui permet de prendre l’album comme un petit rouleau compresseur qui s’écoute très bien sur CD, et qui prendra toute sa magie en live.
 
Album : Mystery of Obsession
Sortie : 15 juillet 2021
 

Venefixion (death metal de France)

Bientôt 10 ans après sa formation, le groupe de death metal breton Venefixion nous présente son premier album longue durée, récemment paru sur le label culte allemand Iron Bonehead Productions.
 
Au programme de ce « A Sigh From Below », 35 minutes d’un death metal sauce oldschool totalement ravageur et à l’efficacité redoutable. Sous son aspect relativement uniforme, cet album regorge notamment de riffs mémorables, à la fois ultra vicieux, incisifs et qui donnent aussi une envie irrésistible d’headbanguer. L’opus n’est pas non plus avare en soli bien déglingués et sans finesse, tels ceux figurant sur les vieux Slayer.
 
Musicalement on peut penser à un combo comme Necrowretch, en toutefois moins « putride » et avec un petit côté thrash supplémentaire, pouvant évoquer la formule proposée par les très bons suédois de Vampire. De manière plus globale, Venefixion nous offre une galette dotée d’une production totalement appropriée (ça sonne organique comme il faut) et la qualité de songwriting est à souligner, les compos étant super bien construites et allant à l’essentiel sans donner le sentiment de se répéter.
 
Bref pour qui souhaite une bonne tartine de death à l’ancienne dans la tronche, de celle qui vous en met plein les oreilles et que vous en redemandez encore une fois l’écoute terminée, « A Sigh From Below » vous est chaudement recommandé.
 
Album : A Sigh From Below
Sortie : 1er octobre 2021
Pour se le procurer : https://venefixion.bandcamp.com/
 
 

Wanderer (blackened hardcore/sludge des USA)

Boueux, chaotique et sifflant, on en attendait pas moins des États-uniens de Wanderer qui, après plusieurs Eps, ont sorti leur tout premier album durant l’été, Liberation from a Brutalist Existence. Une sortie accompagnée d’une signature sur le label Entelodon Records.
 
Wanderer ne fait clairement pas dans la subtilité avec un mélange de Grindcore, de Sludge et de Hardcore, le tout passé par une moulinette technique à la frontière du Mathcore ; on obtient un résultat absolument énervé, chaotique et cradingue. Le son est massif, lourd et étouffant, le peu de temps de repos est un prétexte à une descente de tempo où l’auditeur a le choix entre se briser la nuque ou faire atterrir son pied dans la mâchoire de son voisin, selon la préférence de chacun.
 
Le groupe a choisi un son sans trop de fioritures et pas trop moderne, sublimant le coté charnel et viscéral de leur musique. Il va de soi que ce genre de musique prendra toute sa superbe dans la cave de votre bar / concert préféré collé les uns aux autres dans un joyeux mélange de bière et de sueur.
 
Album : Liberation from a Brutalist Existence
Sortie : 18 juin 2021
Pour se le procurer : https://wanderermn.bandcamp.com/
Commenter cet article